Conseils de câblage

L'intellibox est alimenté par un transformateur en courant alternatif 14-16V. Les voies sont alimentées à la sortie de l'intellibox dans chaque canton par deux fils. L'un des deux fils d'alimentation passe par le module de rétrosignalisation avec une éclisse isolante au début et à la fin de chaque canton. Le deuxième fil est raccordé directement à l'intellibox.

Le schéma ci-dessous vous montre comment câbler le module de rétrosignalisation RMGB8 de LDT avec l'intellibox d'uhlenbrock. Ce module permet de gérer jusqu'à 8 cantons. Plusieurs modules RMGB8 peuvent être connectés en série sur le bus S88 de l'intellibox. La rétrosignalisation permet de détecter la position du train sur le réseau et donc de gérer l'automatisation via un PC par exemple.

Les décodeurs d'aiguillage ( de marque Arnold et pouvant gérer jusqu'à 4 aiguillages ) sont alimentés par un deuxième transformateur alternatif 14-16V, avec deux fils et sont raccordés avec deux autres fils à l'intellibox. Un décodeur a 4 adresses, une par aiguillage, avec deux positions possibles pour chacun, droit ou dévié. Chaque moteur d'aiguillage a ses trois fils raccordés sur le bornier du décodeur. Ce décodeur permet aussi d'envoyer des impulsions pour pour un passage à niveau automatique ainsi qu'un carillon d'église.

Chaque machine électique, vapeur ou diesel est équipée d'un décodeur avec une adresse à programmer.

Chaque machine et aiguillage doit avoir une adresse unique pour être piloté convenablement par la centrale intellibox.

La gestion par PC est optionnelle. Elle permet d'automatiser la circulation des trains suivant un horaire et un scénario modifiable à souhait. L'intellibox permet de tout piloter manuellement grâce à l'adressage.

Pour établir des horaires et des circuits, l'ordinateur facilite la gestion grâce à un logiciel de pilotage installé. Le PC est raccordé par une liaison série à l'intellibox. Le transfert de données entre les deux équipements peut s'effectuer à 19200 bps. Ce qui est déjà satisfaisant.

Les boucles de retournement LK100 de Lenz permettent de gérer l'absence de court-circuit au moment du passage de la machine à la jonction de la boucle. Le câblage des deux fils d'entrée s'effectue avant la boucle de retournement sur chacun des rails. Les deux autres fils de sortie sont câblés sur chacun des rails à l'intérieur de celle-ci.

Un module LDT SA-DEC-4-DC permet de gérer 4 relais avec 4 adresses. Il est utilisé comme un interrupteur commandable à distance pour allumer ou éteindre des lampes d'éclairage public ou habitation, des fumigènes, des signaux de voie automatiques ( pleine voie 3 feux, carré 4 feux ) ...

Vous pouvez trouver des informations intéressantes sur le digital dans le dossier complet de Jean-Luc Zimmermann

( Bientôt plus de détails vous permettront de mieux comprendre le câblage )

 

Le passage à niveau ( Viessmann distribué par SAI ) est commandé à l'aide d'un décodeur d'aiguillage Arnold. Le moteur lent reçoit une impulsion pour s'ouvrir et une impulsion pour se fermer.

Les signaux de voie BAL ou CARRE ( signaux SNCF marque Disque rouge ) sont gérés par un module LDT SA-DEC-4-DC qui joue le rôle d'interrupteur. 2 adresses sont nécessaires pour contrôler les 3 positions possibles ( vert, orange et rouge ).Vous trouverez une très bonne explication du principe des signaux automatiques sur la page de René Peynichout.